fred-durst-candy-crush

Fred Durst annoncé pour être le scénariste de Candy Crush, le film

Sony Pictures Animation a annoncé que le récit du film Candy Crush : “Behind Blue Eyes” sera assuré par Fred Durst. Le chanteur de Limp Bizkit pourrait bien faire une entrée fracassante dans le monde du cinéma.

C’est une nouvelle qui risque de faire mosher de joie les fans de nü metal du monde entier ! Sony Pictures Animation a annoncé hier que Fred Durst lui-même sera bel et bien le scénariste du film Candy Crush. “Nul autre que Fred Durst ne saura construire un récit à la hauteur de ce jeu vidéo mythique, qui rende hommage à la culture vidéo-ludique, au septième art et à l’esprit original de Woodstock ’99, a déclaré la société de production américaine par voie de communiqué.

“Nous avons toute confiance en lui pour tisser la trame d’un long métrage profond, poignant, avec un regard neuf sur la société”, a poursuivi un porte-parole de la firme avant de retourner la visière de sa casquette et d’esquisser quelques pas de breakdance bien “dope”, sous le regard médusé des journalistes de Quotidien et Konbini.

Dès la fin de l’année dernière, le fil Twitter du chanteur de Limp Bizkit, habituellement occupé par des photos de son autre passion, les vieux breaks Volvo (!), était alors inondé de captures d’écran de ses piètres performances à Candy Crush. Les commentaires exagérément enthousiastes de Fred Durst venaient alors accompagner ces visuels de ses parties, où son public pouvait le voir tristement échouer à associer des combinaisons simples de bonbons verts, rouges, jaunes, bleus et dieu sait quelle autre couleur de bonbon existe dans ce jeu à la con.

Fred Durst a contacté lui-même la production du film pour proposer ses services en tant que scénariste, déclarant : “Ecrire des mots, c’est mon truc, BITCH.” Le staff de Sony Pictures Animation n’a eu d’autre choix que d’accepter, “d’autant qu’il a menacé de sortir un nouvel album de Limp Bizkit si nous refusions…”, témoigne en tremblant et sous couvert d’anonymat Ozzy O., membre du board de direction de la société.

Des rumeurs alarmantes sur la santé de Fred Durst

“Ces dernières années ont été… compliquées pour Fred”, commente, embarrassé, Wes Borland. Le guitariste de Limp Bizkit, connu pour son amour du cosplay et du retournement de veste, deux disciplines qu’il pratique en semi-pro au stade Jean-Bouin, est aujourd’hui le tuteur légal du rappeur le plus célèbre de l’âge d’or du neo metal. “Je viens souvent lui rendre visite à sa maison de repos du Plessis-Pâté [MTV Cribs épisode #78, ndlr] et il faut dire ce qui est : ça ne va pas fort. Fred reste prostré dans son lit, vêtu d’un complet survêt’ DDP et joue à Candy Crush Saga toute la journée sur son iPhone en mâchonnant des veggies burgers. Quand il est en forme, il lit des bouquins de Lorant Deutsch en marmonnant le refrain de “Nookie”. Halle Berry et moi on s’inquiète beaucoup.”

“après tout, Fred est fragile : rappelez-vous qu’il vient tout droit d’une période où les sons de caisses claires étaient très métalliques, où les réseaux sociaux se limitaient à Myspace et où on pouvait être sponsorisé par Napster pour une tournée sans que personne ne trouve quoi que ce soit à y redire !”

Malgré ces doutes sur l’état de santé de son “ami” (les parenthèses ont été ajoutées à sa demande), Wes Borland reste optimiste. Désormais, il voit même d’un œil bienveillant l’idée que Fred Durst reprenne une activité quotidienne stimulante : “tête de liste de l’UDI aux européennes, livreur Uber Eats ou bien scénariste d’un film Candy Crush Saga, peu importe : tant qu’il arrête de “rapper” (les parenthèses ont été ajoutées à sa demande), de s’apitoyer sur ce duo avec Lil Wayne, ou de tenter de twitt-clasher Insane Clown Posse, ça vaudra mieux pour tout le monde”, dit le guitariste, juste avant de retourner barboter dans sa piscine remplie de peinture noire extra-couvrante chauffée à 27°C.

Un casting de poids

Après Le Monde Secret des Emojis, Sony Pictures Animation compte bien se faire un maximum de blé poursuivre dans le talent brut avec Candy Crush : “Behind Blue Eyes” [titre de travail, ndlr]. Ce projet, au budget de 60 millions de dollars, a été lancé initialement en 2016 avec un casting solide, qui compte déjà Jessica Chastain, Rory Culkin, Jean-Pierre Darroussin et l’hologramme de Charles Bronson (R.I.P.) dans les rôles des bonbons vert, rouge, bleu et jaune.

Cependant, il se murmure qu’en plus de la responsabilité du scénario, Fred Durst pourrait camper la figure de l’étoile chocolatée, ou de l’eau au goût de hot-dog — “et peut-être même bien les deux”, titille le “chanteur” (les parenthèses ont été ajoutées à la demande de Wes Borland) en nous adressant un clin d’œil expérimenté, digne des plus grands agresseurs sexuels. Stay tuned, maniacs !

Heureux propriétaire d’une veste à patches irréversible. Retrouvez sa bio

Please follow and like us: