Le Staff

Nestor Mentor

Co-rédacteur en chef, co-fondateur de Satyr News, vice-champion d’Europe d’imitation du solo de “Reign In Blood” en air guitar.

Né en 1969 fils de diplomate chilien, Nestor Mentor grandit à Santiago, Buenos Aires, Göteborg, Tampa et Aurillac. Il découvre Judas Priest et les albums de la période disco de Grace Jones par l’intermédiaire de son voisin de cellule, peu après le braquage du Walibi de Saint-Etienne et fait deux serments : le premier est de consacrer le reste de son existence à faire connaître le metal ; le second, de ne plus jamais écouter les albums de la période disco de Grace Jones, putain. Désigné “Chroniqueur metal de l’année” par l’Académie française en 1986, 1991 et 1994, il est aujourd’hui l’un des critiques les plus courus du genre. Il est également l’auteur d’un livre de cuisine auvergnate et de la célèbre biographie de James Hetfield : “Ooh-yeah !”

 

Thierry King

Co-rédacteur en chef, co-fondateur de Satyr News, gros et chauve.

C’est à Thionville, en l’an de grâce 1973, que naît celui que l’on surnomme “le King” par manque cruel d’originalité. Né de parents ouvriers austro-hongrois, Thierry est un “self-made man” à l’autrichienne, lui qui a su imposer sa patte de fer dans une mitaine de cuir cloutée dans toutes les rédactions où il a sévi. Sa passion pour le metal est née de son premier job : vendeur de collants en spandex au Go Sport de Bar-Le-Duc. C’est ici qu’il fait la rencontre de David Lee Roth et que le chanteur à la voix d’airain lui fait découvrir les secrets du hard – en échange d’une ristourne sur tout son stock de leggings moulants. Bim, c’est le coup de foudre entre Thierry et le heavy, ainsi que la naissance d’une profonde et ambiguë amitié avec l’ex-chanteur de Van Halen, dont on trouve de subtiles références répertoriée dans le livre “Hey!” de ce dernier. Après un passage chez Elle Magazine, Marie Claire, Okapi et Top Santé, Thierry décide de co-fonder, avec son acolyte Nestor, ce qui deviendra la dernière pierre angulaire du journalisme metal : Satyr News.

Jean “Gibet” Trébuchet

Editorialiste, polémiste, community-manager.

Fils de Stévène Trébuchet, bucheron et masseur de renom, et d’une louve, “JGB” grandi jusqu’à ses 16 ans dans les Cévennes. Scolarisé à domicile par son rustre de père, Jean-Gibet se découvre une passion pour la violence, les démembrements et les équidés. Dés 6 ans il connait sur le bout des doigts l’Encyclopedia Metallum et à 7 ans il proclame qu’il n’y a que 1% des groupes dessus qui soient écoutables. À 9 ans il est élu “élitiste de l’année” par Kerrang! tandis que Varg Vikerness lui envoie une missive chaque trimestre pour lui demander les dernières tendance sur les habits de stars.

Entre ses 10 et 18 ans il jouera de la guitare/basse/voix/batterie dans 16 groupes: Delicator, Torpille, Nacht Nacht Nacht, Nope don’t try that, Good Morning Mister Britain, Bütchër öf Pösëürs, IAM, Pocahonthrash, Mild Mannered Constructivism & the Happy Goons, My Face in Your Face, Entre chiens et loups A.D. , Fück Fuck Fukk, Brutal Crabe, Përplëx Abomination, Noktambul Urinity et Les Enfoirés. Bon nombre de ces groupes n’ont sorti qu’une seule démo sur une seule cassette. Si vous êtes l’heureux possesseurs de l’une de ces gemmes, sachez que vous pouvez le revendre à son créateur pour 3,95 euros (rubrique Contact).

Depuis sa jeune majorité, JGB est désormais le polémiste et l’ennemi NUMÉRO UN  de la presse mainstream et de la bien-pensance.  Malgré des divergences d’opinion, Thierry King et Nestor Mentor n’ont pas hésité lorsqu”ils ont vu le CV du petit prince de la polémique. Satyr News a toujours besoin d’un grand coup de pied dans la fourmilière!

Robb Flegme

Correspondant à L.A. , traducteur.