Rammstein présente ses excuses après son concert à Notre-Dame de Paris

Un spectaculaire incendie a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris à l’issue d’un concert de Rammstein qui a… mal tourné.

Ce devait être le couronnement de leur carrière, en même temps qu’un nouveau souffle pour le monument, or le concert de Rammstein lundi 15 avril au sein de la cathédrale Notre-Dame de Paris a tourné à la catastrophe. Habitués des performances tout en effets pyrotechniques, avec détonations, fumées et lance-flammes, les musiciens de metal industriel allemands ont, d’après leurs propres mots, “un peu exagéré”, provoquant un violent incendie qui a détruit une majeure partie du lieu de culte le plus iconique de tout le pays.

La flèche et une grande partie de la toiture de la cathédrale, joyau de l’art gothique et emblème de la capitale française, se sont effondrées à la suite d’un départ de feu provoqué lorsque Rammstein a entamé le titre “Benzin”. C’est lors de ce morceau que le groupe a fait usage de ses fameux masques lance-flammes et mettant malencontreusement le feu à l’édifice pluricentenaire. Heureusement, l’évacuation du public, des techniciens et des musiciens s’est passée dans le calme et aucun blessé n’est à déplorer malgré la violence de l’incendie qui a ravagé le bâtiment en quelques minutes.

“Nous tenons à présenter nos excuses aux Parisiens, à tout le peuple français et tout particulièrement à Stéphane Bern”, a déclaré, penaud, Till Lindemann lors d’une conférence de presse au lendemain du sinistre, “… et même à Lorant Deutsch, a-t-il complété après un moment d’hésitation. Le chanteur a notamment indiqué que le groupe allait enregistrer un triple album-concept, adaptation du roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo dans un monde post-apocalyptique, dont l’intégralité des recettes serait reversée au bénéfice de la reconstruction de la cathédrale.

“Et s’il le faut, on aura Anne Hidalgo en guest et Jonas Åkerlund tournera des clips pour chacun des morceaux de l’album, comme le dernier Metallica”, a-t-il ajouté dans un sanglot de rage, avant de se moucher dans la chemise du claviériste du groupe Christian “Flake” Lorenz.

Le monde du metal à la rescousse de Notre-Dame

La violence du brasier et les images stupéfiantes de l’édifice en proie aux flammes a soulevé une vague d’émotion dans le monde entier. Dans la sphère metal, nombreux regrettent cette perte. En l’honneur du souvenir de ce patrimoine historique, le batteur du groupe Sabaton a d’or et déjà indiqué qu’il jouerait désormais exclusivement sur une batterie modelée à l’effigie de la façade de Notre-Dame de Paris, grandeur nature. “C’est la moindre des choses”, a-t-il commenté avant de se remettre à la taille traditionnelle des pierres qui lui serviront afin de sculpter l’instrument.

De leur côté, les vikings d’Amon Amarth ont annoncé qu’ils léguaient leur drakkar personnel pour remplacer la charpente longue de plus de 100 mètres, baptisée “la forêt”, qui est partie en fumée : “C’est pas parce qu’on est païens qu’on n’a pas de cœur !”, a grondé le leader du groupe Johan Hegg, la bave aux lèvres et le vent du nord dans les cheveux. Marty Friedman, depuis le Japon, a composé et diffusé un long solo plaintif de 93 minutes (autant que le nombre de mètres que mesurait la pointe de la flèche de Notre-Dame depuis le sol), intitulé “Quasimodo’s Lament”. Le groupe de nu-metal chrétien P.O.D. a annoncé sa séparation. Abbath n’a rien dit.

Heureux propriétaire d’une veste à patches irréversible. Retrouvez sa bio

Please follow and like us: